ATELIERS EN LIGNE

LES VIRUS DE LA LANGUE

Une pastille pour se rafraîchir la langue

À la Maison de la francité, d’habitude, il y a les ateliers LE FRANÇAIS EN QUESTION(S). Avec le petit Robert. Robert Massart porte bien son prénom : on lit en lui comme dans un dictionnaire ouvert.

Licencié de l’ULB en philologie romane, ce professeur de français et d'espagnol a commencé sa carrière à Kinshasa pour ensuite la poursuivre durant de longues années au département pédagogique de la Haute École du Hainaut-Condorcet à Mons. Ayant quitté le professorat depuis quelques années, il joue un rôle actif dans le monde associatif de l'enseignement et la diffusion du français. 
Explorateur de tout, sa vie est faite de voyages et de lectures. Bâtisseur en relations humaines, il partage son savoir, ses questions et ses convictions à travers des publications et des chroniques langagières. Surtout, Robert est fabuleux.

Aux confins de chez lui, Robert rebondit. Et vous propose des PASTILLES POUR SE RAFRAÎCHIR LA LANGUE. Ici, il est question de "cluster", du turc qui sommeille en nous et du chapeau qui tire le sien...

CLUSTER

C'est un anglicisme "fourre-tout", soit un seul mot auquel on donne toutes les significations que l'on veut. Un peu comme la langue des Schtroumpfs ! 

Depuis l'apparition du Covid-19, j'ai rencontré le mot cluster dans trois emplois très différents. Pour commencer, là où le français a toujours dit "des foyers d'épidémie ou de contagion", quelques spécialistes parlent de "clusters épidémiques". Ensuite, un professeur qui déplorait que des "clusters d'étudiants" avaient fait la fête, malgré le confinement. Il voulait dire des groupes, ou des bandes, d'étudiants, bien sûr. Enfin, j'ai lu sur ma boite de céréales: "Dégustez vos clusters avec du lait chaud ou froid", ce que j'ai traduit par des bouquets de céréales, des petits blocs agglomérés. 

Tout ce qui évoque l'idée de groupe, d'ensemble, d'amas ou d'agrégat, peut être rendu en anglais par cluster. On le trouve en linguistique, en musique, en géographie, en informatique... En urbanisme, par exemple, un "quartier d'affaires" sera a business cluster.  Cet excès de polysémie permet sans doute de se contenter d'un seul mot pour exprimer tout un éventail de concepts, malheureusement, en français, ce sera toujours au détriment de la clarté et de la précision de la pensée. 


SI JE VOUS JURE : VOUS PARLEZ LE TURC ! 

Marababa sahem! Ah que je suis amoureux d'elle ! prétendait le fils du Grand Turc à propos de la fille de Monsieur Jourdain. Et celui-ci, de conclure: Voilà une langue admirable, que ce turc !(Molière, le Bourgeois gentilhomme - Acte IV, scène V). 

Admirable, car bien différente des langues qui nous sont familières, qu'elles soient slaves, germaniques ou romanes, celles-ci font toutes partie de la famille indo-européenne, comme le français. Le turc, lui, venu du fond des steppes de l'Asie centrale, apparenté au mongol, au kirghize, au kazakh, est une langue du groupe ouralo-altaïque. Il a aussi des attaches avec le finnois, l'estonien et le hongrois, des langues dites agglutinantes aux particularités "étranges", comme l'harmonie vocalique, pour ne citer qu'un exemple. 

Langue d'un peuple islamisé, le turc avait adopté l'alphabet arabe, jusqu'au jour où, après la défaite de 1918, Mustapha Kemal décida d'occidentaliser son pays. Du jour au lendemain, l'alphabet latin fut obligatoire et le turc se modernisa en absorbant un énorme vocabulaire exclusivement emprunté au français (rien à l'anglais et, à l'allemand, des accents et des signes particuliers). Jugez-en : aksesuar – valiz – bagaj – tekstil sentetik – robdöşambr – ordövr - kürdan – asansör – fotokopi – ordinatör – ekran – klavye – atölyé – karbüratör – fren – nükleer. Ce ne sont là que quelques échantillons, et le processus se poursuit encore aujourd'hui. 

Pour être juste, il ne faudrait pas oublier que le turc nous a aussi donné quelques mots, à commencer par le yaourt et le sorbet, le kiosque, la tulipe, un galetas et une cravache. Plus étrange, le caviar et même le terme "hongrois" nous viennent du turc. 


L'IMPOSSIBILITÉ D'UNE ILE ? 

Depuis trente ans, j'écris une ile déserte, l'Ile Maurice, l'ile au trésor, comme un abime, un maitre, s'il vous plait. Le Conseil supérieur de la Langue française m'en a donné le droit. Je dirais même plus: il le recommande chaudement, depuis décembre 1990.  

Comme tout le monde, j'avais appris à écrire "une île", un petit mot qui fait rêver, au point que certains voient, dans le i surmonté de son petit chapeau conique, l'image du cocotier grâce auquel un naufragé repère l'ilot qui va lui sauver la vie. Pour eux, pas question de se passer de l'accent circonflexe, une hérésie, un crime de lèse-orthographe, sinon une entreprise de démantèlement du français. 

Mais savent-ils, ces gardiens du temple, qu'ils seraient passés, eux-mêmes, pour de dangereux révolutionnaires en prenant la défense de l'accent circonflexe, à la fin du seizième siècle? Jusqu'à la Renaissance, une ile s'écrivait "une isle", alors que le s n'était plus prononcé depuis le onzième siècle. C'est même ce changement qui avait décidé grammairiens, philologues, écrivains et imprimeurs, à simplifier l'écriture en "inventant" l'accent circonflexe, pour noter, entre autres choses, des consonnes devenues muettes. 

Le français étant une langue vivante, sa prononciation ne cesse d'évoluer, si bien que le "petit chapeau" était devenu purement décoratif sur deux voyelles. Sur le i et le u, il ne servait plus à rien, sinon à faire des fautes d'orthographe; rappelez-vous la formulette "Le chapeau de la cime est tombé dans l'abîme". Désormais, il n'est donc plus impossible d'écrire "une ile" ou "une flute", par exemple. En revanche, sur les trois autres voyelles – a, e, o – on respecte toujours les anciennes règles, au risque d'être un âne sans diplôme. 


Politique de confidentialité

Le respect de votre vie privée est important pour nous
L'utilisation du site est régie par les dispositions apparaissant ci-dessous. En utilisant le site, vous reconnaissez avoir lu et compris ces conditions qui constituent un accord contractuel entre vous et la Maison de la Francité.

Respect de votre vie privée
Vous pouvez visiter le site de la Maison de la francité de manière anonyme en tout temps et sans nous révéler d'informations personnelles. Lorsque vous vous connectez à notre site, comme à tout autre site Web, notre serveur identifie l'adresse IP de votre ordinateur afin de permettre l'échange de données. La Maison de la francité établit à l'aide de cette adresse IP des statistiques relatives à la fréquentation de son site, par exemple sur les pages les plus souvent consultées. Aucune information permettant de vous identifier personnellement n'est reliée à votre adresse IP.

Quelles sont les informations que La Maison de la francité recueille sur vous?
À l'occasion de l'adhésion à un service comme l'abonnement à l’infolettre, La Maison de la francité requiert que vous transmettiez vos nom et adresse électronique. Les informations que La Maison de la Francité recueille sur vous lui permettent de vous faire parvenir périodiquement de l'information sur sa programmation ou sur un événement susceptible de vous intéresser. La Maison de la francité ne transmet en aucun cas ces informations à de tierces parties, sauf sur autorisation de votre part ou si la Maison de la francité est légalement ou judiciairement contrainte de les transmettre à une autorité compétente. Vous pouvez en tout temps cesser votre abonnement à notre infolettre en cliquant sur le lien « désabonnement » situé au bas de l’infolettre. Si vous choisissez de nous transmettre de l'information personnelle par courriel, nous n'utilisons que l'information requise pour répondre à votre message et permettre d'y donner suite.

Liens vers d'autres sites
Le site comporte des liens vers des sites Web exploités par d'autres organisations. En cliquant sur ces liens, vous quittez le site. La Maison de la francité n'exerce aucun contrôle sur l'exploitation de ces sites Web et le fait qu'ils soient répertoriés sur La Maison de la francité n'engage d'aucune façon sa responsabilité. Nous vous recommandons de porter une attention particulière aux politiques de protection des informations personnelles de ces sites.

Les « témoins »
Le témoin ou « cookie » est un petit fichier texte qui s'incorpore dans votre disque dur à partir de certaines pages Web du site. Les témoins sont inoffensifs du fait qu'ils ne peuvent pas extraire des informations de votre disque dur, sur lequel vous avez le plein contrôle. La maison de la francité peut utiliser des témoins afin de personnaliser l'utilisation que vous faites du site, par exemple pour obtenir les heures de diffusion selon votre fuseau horaire. Il vous est possible en tout temps de ne plus être assujetti aux témoins en modifiant la configuration de votre ordinateur.

Propriété intellectuelle
Les contenus inclus dans le site de La Maison de la francité sont protégés par les lois relatives aux droits d'auteur. Toute reproduction, publication, distribution ou exécution publique des contenus inclus dans le site, en partie ou en totalité, pour fins autres que celles de consultation sur le site Web, est strictement interdite sans l’autorisation de La Maison de la francité. Le site ou toute partie de celui-ci ne peut être copié, dupliqué, reproduit, vendu, loué ou autrement utilisé à des fins commerciales.

Politiques d'accès
La Maison de la francité se réserve le droit de refuser l'accès à son site Web à toute personne dont la conduite est illégale ou susceptible de l'être.

Informations supplémentaires
La Maison de la francité pourrait devoir modifier sa politique de confidentialité à tout moment, et ce, sans préavis; par conséquent, nous vous invitons à la consulter régulièrement. Si vous avez des questions ou des plaintes à formuler sur la protection de vos renseignements, nous vous invitons à nous contacter à info@maisondelafrancite.be