ATELIERS EN LIGNE

LES CLÉS ANGLAISES

Les enfants terribles du franglais

À la Maison de la francité, d’habitude, il y a les ateliers LE FRANÇAIS EN QUESTION(S). Avec le petit Robert. Robert Massart porte bien son prénom : on lit en lui comme dans un dictionnaire ouvert.

Licencié de l’ULB en philologie romane, ce professeur de français et d'espagnol a commencé sa carrière à Kinshasa pour ensuite la poursuivre durant de longues années au département pédagogique de la Haute École du Hainaut-Condorcet à Mons. Ayant quitté le professorat depuis quelques années, il joue un rôle actif dans le monde associatif de l'enseignement et la diffusion du français. 
Explorateur de tout, sa vie est faite de voyages et de lectures. Bâtisseur en relations humaines, il partage son savoir, ses questions et ses convictions à travers des publications et des chroniques langagières. Surtout, Robert est fabuleux.

Les "Clés anglaises" de Robert Massart ont toujours pour objectif de démontrer que notre langue peut exprimer par elle-même tout ce qui se dit aujourd'hui avec des anglicismes. Ce n'est certainement pas une vulgaire "chasse au franglais".

Le franglais ne déplait pas à tout le monde, je vous assure ! Je connais des gens qui trouvent les emprunts à l'anglo-américain amusants ou sympathiques. Ça change, disent-ils, c'est joli de dire "hello" ou "bye-bye". Les mots sont plus brefs et puis leur nouveauté apporte une expressivité plus forte (Ceci est valable pour tous les emprunts à d'autres langues). Je ne discuterai pas ce qui est du domaine du subjectif. Qui a le droit de régenter la façon de parler des gens ? Dans la mesure où l'on continue à se faire comprendre, évidemment.

Cela dit, il m'est venu l'idée de parler de quelques anglicismes que j'ai toujours trouvés inadéquats voire incongrus, ou, pour le dire avec plus de force expressive, que j'ai dans le nez. Ils ne sont pas nombreux, six en tout. Ce sont les "enfants terribles" du franglais, ils vous feraient croire qu'il n'est pas possible de dire les mêmes choses en "bon français".

Robert Massart

VOICI LES SIX ENFANTS TERRIBLES 

  •  Le shopping, faire du / son shopping 

N'est-ce pas navrant de voir des publicités touristiques libellées comme ceci : "Paris, la capitale du shopping" ? C'est comme marier l'eau et le feu, ou, pis, mélanger les torchons et les serviettes. Il serait pourtant si simple d'imiter nos cousins québécois qui se sont contentés de franciser le mot anglais pour en faire le magasinage, magasiner.

  •  Le week end 

Les Allemands disent die Wochenende, les Espagnols, el fin de semana, les Italiens, il fine settimana... Toujours en prenant exemple sur les Québécois et autres Franco-Canadiens il est tout aussi pratique de dire la fin de semaine... Ce qui n'est pas la même chose que "la fin de la semaine". 

  •  Le leadership 

C'est le fait d'exercer la fonction de chef, être à la tête, c'est le commandement, la direction. Et bien plus encore : la primauté, l'hégémonie, la domination, la direction, le magistère, le conductorat, et, enfin, pour ne pas oublier le Québec : la chefferie.

  •  Le soft power

Littéralement "le pouvoir doux, le pouvoir de la douceur", autrement dit faire prévaloir la discussion sur les hostilités, la force, la brutalité, la guerre : c'est l'opposé de la fameuse politique de la canonnière. C'est la non-violence. En un mot, c'est la diplomatie. 

  •  Booster 

Celui-là, c'est le plus envahissant, car c'est un verbe "à tout dire". La polysémie est l'une des principales caractéristiques du franglais et son grand défaut : un même mot pour plusieurs concepts risque de créer du flou, d'appauvrir l'expression.

À l'origine, en anglais, « a booster » appartient au vocabulaire de l'astronautique, il désigne un propulseur qui augmente la puissance d'un lanceur de satellite. Le mot vient du verbe "to boost", stimuler, amplifier, remonter (le moral, par exemple). Par le canal de la presse, puis de la pub, est apparu chez nous un verbe "booster" - les deux "o" sont mal intégrés à notre système graphique – qui a envahi très rapidement tous les secteurs de l'activité, de l'économie, de la mode, des loisirs, du tourisme : boostez votre compte en banque, boostez votre séjour à la montagne, boostez votre régime basses calories. Une crème qui booste l'éclat de votre teint. Etc.

Le français dispose d'une quantité étonnante de verbes précis pour remplacer avantageusement ce mot "fourre tout" qui, à force de vouloir tout dire, ne veut plus rien dire. En voici un échantillon : améliorer, doper, renforcer, stimuler, embellir, ajouter, gonfler, étoffer, développer, enrichir, rendre plus agréable, plus beau, plus moderne, magnifier...

  •  Light 

Non pas le substantif - la lumière - mais l'adjectif : léger. Le commerce et la publicité utilisent de plus en plus l'équivalent "allégé" et quelquefois "léger" ou même "sans" (sans sucre). Prenons-en de la graine pour alléger nous aussi notre français de quelques anglicismes qui auraient tendance à l'alourdir. 


Politique de confidentialité

Le respect de votre vie privée est important pour nous
L'utilisation du site est régie par les dispositions apparaissant ci-dessous. En utilisant le site, vous reconnaissez avoir lu et compris ces conditions qui constituent un accord contractuel entre vous et la Maison de la Francité.

Respect de votre vie privée
Vous pouvez visiter le site de la Maison de la francité de manière anonyme en tout temps et sans nous révéler d'informations personnelles. Lorsque vous vous connectez à notre site, comme à tout autre site Web, notre serveur identifie l'adresse IP de votre ordinateur afin de permettre l'échange de données. La Maison de la francité établit à l'aide de cette adresse IP des statistiques relatives à la fréquentation de son site, par exemple sur les pages les plus souvent consultées. Aucune information permettant de vous identifier personnellement n'est reliée à votre adresse IP.

Quelles sont les informations que La Maison de la francité recueille sur vous?
À l'occasion de l'adhésion à un service comme l'abonnement à l’infolettre, La Maison de la francité requiert que vous transmettiez vos nom et adresse électronique. Les informations que La Maison de la Francité recueille sur vous lui permettent de vous faire parvenir périodiquement de l'information sur sa programmation ou sur un événement susceptible de vous intéresser. La Maison de la francité ne transmet en aucun cas ces informations à de tierces parties, sauf sur autorisation de votre part ou si la Maison de la francité est légalement ou judiciairement contrainte de les transmettre à une autorité compétente. Vous pouvez en tout temps cesser votre abonnement à notre infolettre en cliquant sur le lien « désabonnement » situé au bas de l’infolettre. Si vous choisissez de nous transmettre de l'information personnelle par courriel, nous n'utilisons que l'information requise pour répondre à votre message et permettre d'y donner suite.

Liens vers d'autres sites
Le site comporte des liens vers des sites Web exploités par d'autres organisations. En cliquant sur ces liens, vous quittez le site. La Maison de la francité n'exerce aucun contrôle sur l'exploitation de ces sites Web et le fait qu'ils soient répertoriés sur La Maison de la francité n'engage d'aucune façon sa responsabilité. Nous vous recommandons de porter une attention particulière aux politiques de protection des informations personnelles de ces sites.

Les « témoins »
Le témoin ou « cookie » est un petit fichier texte qui s'incorpore dans votre disque dur à partir de certaines pages Web du site. Les témoins sont inoffensifs du fait qu'ils ne peuvent pas extraire des informations de votre disque dur, sur lequel vous avez le plein contrôle. La maison de la francité peut utiliser des témoins afin de personnaliser l'utilisation que vous faites du site, par exemple pour obtenir les heures de diffusion selon votre fuseau horaire. Il vous est possible en tout temps de ne plus être assujetti aux témoins en modifiant la configuration de votre ordinateur.

Propriété intellectuelle
Les contenus inclus dans le site de La Maison de la francité sont protégés par les lois relatives aux droits d'auteur. Toute reproduction, publication, distribution ou exécution publique des contenus inclus dans le site, en partie ou en totalité, pour fins autres que celles de consultation sur le site Web, est strictement interdite sans l’autorisation de La Maison de la francité. Le site ou toute partie de celui-ci ne peut être copié, dupliqué, reproduit, vendu, loué ou autrement utilisé à des fins commerciales.

Politiques d'accès
La Maison de la francité se réserve le droit de refuser l'accès à son site Web à toute personne dont la conduite est illégale ou susceptible de l'être.

Informations supplémentaires
La Maison de la francité pourrait devoir modifier sa politique de confidentialité à tout moment, et ce, sans préavis; par conséquent, nous vous invitons à la consulter régulièrement. Si vous avez des questions ou des plaintes à formuler sur la protection de vos renseignements, nous vous invitons à nous contacter à info@maisondelafrancite.be